Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
04 Aug

Ministère des Mines : Assainir le sous-secteur de l’exploitation artisanale de l’or

Publié par SAIDICUS LEBERGER  - Catégories :  #ACTUALITE

Oumarou

Le ministère des Mines et des Carrières, a tenu le jeudi 3 août 2017 à Ouagadougou, son premier Conseil d’administration du secteur ministériel de l’année. Les participants ont fait le bilan des actions déjà menées et proposer des recommandations pour améliorer la performance du département.

Au Burkina Faso, l’or occupe une place prépondérante dans la stratégie de développement du pays. L’exploitation du métal jaune notamment celle artisanale, qui emploie plus de deux millions de personnes produit dix à vingt tonnes d’or par an, selon le ministre des Mines et des Carrières, Oumarou Idani. Malheureusement a-t-il déploré, l’or extrait est mal quantifié par manque d’organisation de ce sous-secteur car la quantité de métal déclarée ne dépasse pas 200 kg. 

C’est pour remédier à cette situation préjudiciable à la collecte des impôts et permettre au secteur stratégique de jouer pleinement son rôle dans le développement de l’économie que le Ministère des Mines et des Carrières (MMC) a tenu hier, jeudi 3 août 2017, son premier Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) de l’année. Placé sous le thème : «Exploitation minière artisanale au Burkina Faso, état des lieux et perspectives», cette rencontre de 24 heures devrait permettre selon le premier responsable du MMC, de poser les bases d’une nouvelle stratégie pour relever les défis de développement dans le domaine minier. «Avec le remaniement ministériel intervenu en février 2017, le ministère de l’Energie, des Mines et des Carrières a été scindé en deux, celui de l’Energie et celui de Mines et des Carrières. Sachant que le programme de l’ancien ministère était déjà élaboré, il nous a paru nécessaire de nous retrouver pour le réajuster afin qu’il réponde à nos objectifs», a indiqué le ministre Idani.

Pour lui, le choix du thème n’est pas fortuit car il remet en cause le désordre constaté dans cette activité. «Le sous-secteur artisanal rencontre d’énormes difficultés liées principalement à l’inorganisation des artisans miniers, à l’utilisation anarchique des produits prohibés, au travail des enfants et à la fraude», a-t-il souligné.

Et d’ajouter que compte tenu des enjeux et de l’implication des acteurs du sous-secteur, il était nécessaire pour eux de se pencher sur la manière de réorganiser le secteur afin qu’il soit profitable à tous et à l’économie nationale. 

A entendre le ministre Idani, il a été question au cours de cette rencontre, d’évaluer le chemin parcouru et de tirer des leçons pour pouvoir avancer dans le sens de la mission à lui assignée. Il a souligné que des actions sont déjà entreprises dans ce sens avec des réformes aux plans institutionnel et opérationnel qui leur permettront de travailler de manière efficace. 

Et d’assurer qu’il ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. «En terme de perspectives, nous entendons mener plusieurs activités en matière d’application du code minier, d’opérationnalisation de l’Agence nationale d’encadrement des exploitations minières artisanales et semi-mécanisées, de gain en productivité et de modernisation du cadastre minier», a appuyé le ministre. 

Il a, par ailleurs, annoncé la tenue au mois de septembre prochain, de la deuxième édition de la Semaine des activités minières de l’Afrique de l’Ouest (SAMAO). 

Donald Wendpouiré NIKIEMA 

Sidwaya 

Commenter cet article

Archives

À propos

L'Information vraie du Burkina Faso