Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
08 Aug

Burkina Faso: «trahison», seule charge retenue contre le général Bassolé

Publié par SAIDICUS LEBERGER  - Catégories :  #ACTUALITE

Au Burkina Faso, le juge d'instruction ne retient qu'une seule charge contre le général Djbrill Bassolé dans le cadre de l'enquête sur le coup d'état manqué de septembre 2015. Initialement poursuivi pour « attentat contre la sureté de l'Etat, association de malfaiteurs, meurtre, coups et blessures volontaires etc. »,  le juge d'instruction préfère poursuivre l'ex-ministre des Affaires étrangères de Blaise Compaoré pour « trahison ». Il est accusé d'avoir apporté son aide aux putschistes de l'ex-régiment de sécurité présidentielle et d'avoir essayé de convaincre certains soldats de descendre sur la capitale pour s'opposer au coup d'état. Les membres du parti politique qui soutiennent le général Bassolé craignent que cette charge de « trahison » ne soit comme un « panier de crabes ».

« C'est avec joie et satisfaction » que les proches du général Dijbrill Bassolé ont accueilli la nouvelle. Le juge d'instruction ne retient que la seule charge de « trahison » contre l'ex-ministre des Affaires étrangères dans le cadre de l'enquête sur coup d'état manqué de septembre 2015.

Djibrill Bassolé est désormais accusé de collusion avec des puissances étrangères en vue d'entreprendre des hostilités contre le Burkina Faso. En termes plus simples, l'ex-ministre des Affaires étrangères est accusé d'avoir pactisé avec des forces étrangères en vue d'attaquer le Burkina Faso.

Selon l'un de ses avocats, le juge d'instruction fonde son argumentaire sur certains éléments comme les documents de la présumée conversation téléphonique entre Djbrill Bassolé et Guillaume Soro, président de l'Assemblée nationale ivoirienne. « Que ce soit les supposés écoutes téléphoniques ou les appels entre Bassolé et certains soldats burkinabè, tous ces éléments ont été reversés au niveau de cette charge », explique maître Dieudonné Bonkoungou.

Le général Bassolé risque la prison à vie s'il est reconnu coupable de « trahison ». Mais nous n'en sommes encore là, car la chambre de contrôle doit d'abord donner son avis sur l'ordonnance du juge d'instruction, avant un éventuel procès.

RFI

Commenter cet article

Archives

À propos

L'Information vraie du Burkina Faso