Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
08 Aug

Burkina Faso : Le SYNACFPP-B plaide pour les chauffeurs du public et du para-public

Publié par SAIDICUS LEBERGER  - Catégories :  #ACTUALITE

Le bureau du Syndicat National des Chauffeurs de la Fonction Publique et Para-Public-Burkina (SYNACFPP-B) a sonné la mobilisation de ses membres autour d’une assemblée générale. Cette rencontre, qui s’est tenue le samedi, 5 août 2017 au siège de la CNTB, s’est penchée sur plusieurs questions relatives aux conditions de vie et de travail de la corporation.

C’est en avril dernier que le bureau actuel a été mis en place, suite au congrès du syndicat (SYNACFPP-B). Pour les nouveaux dirigeants du navire, il était de bon ton donc d’initier cette assemblée générale pour décliner non seulement la vision de la nouvelle équipe, mais également recueillir les propositions et suggestions pour les défis qui attendent la corporation. Selon les responsables du SYNACFPP-B, ils sont actuellement plus de 600 chauffeurs de la Fonction publique et du para-public affiliés à la structure, elle-même membre de la Confédération nationale des travailleurs du Burkina (CNTB).

Il s’est donc agi de « discuter des préoccupations actuelles et de l’avenir » des travailleurs de ce pan de la Fonction publique et du Para-Public au Burkina. Les actions identifiées par le nouvel organe ont donc été exposées à l’assemblée pour amendements avant leur finalisation pour en faire une plateforme de lutte.

Selon les dirigeants du SYNACFPP-B, les chauffeurs sont en quelque sorte marginalisés, « dans la mesure où ils sont souvent considérés comme des fonctionnaires sans diplômes, des sous-fonctionnaires ». C’est pourquoi, tout en félicitant le bureau sortant pour le volume de travail abattu dans la quête de meilleures conditions de travail et de vie du chauffeur de la Fonction publique et du para-public, Marc Stéphane Yaméogo et ses co-équipiers entendent également se servir des insuffisances pour « apporter la terre à de la terre » pour un fonctionnement efficace de l’administration burkinabè. Il s’agit, dans cet esprit, d’actualiser et poursuivre la plateforme revendicative du syndicat qui comporte six points.

Parmi ceux-ci, le reclassement des chauffeurs. ‘’Les chauffeurs sont classés à l’état actuel en E1 (catégorie, ndlr), ce qui n’est pas normal. Nous demandons au gouvernement de nous classer là où il faut, en tenant compte du diplôme. De par le passé, on a pris le chauffeur comme un fonctionnaire par défaut, quelqu’un qui n’a pas de diplôme. Aujourd’hui, les choses ont évolué et vous verrez que la plupart des chauffeurs ont des diplômes. Dès lors, ils doivent être reclassés et doivent bénéficier des mêmes droits que les autres fonctionnaires’’, a expliqué en substance, le secrétaire général du SYNACFPP-B, Marc Stéphane Yaméogo.

Outre la relecture de certains textes liés au reclassement, il y a la mise en œuvre du décret portant réglementation des véhicules de l’Etat. Pour M. Yameogo, ce dernier comporte plusieurs dispositions dont la mise en œuvre n’est pas encore effective au sein des ministères, à l’exception du ministère de la jeunesse, de la formation et de l’insertion professionnelle. Ce décret indique entre autres que « les véhicules doivent être parqués au niveau des ministères et définit également qui a droit à un véhicule de service ».

Le syndicat révèle également qu’il y a des chauffeurs qui travaillent sous bénévolat depuis, une dizaine d’années pour certains. C’est pourquoi estime-t-il qu’il faut les intégrer et ouvrir des concours pour les chauffeurs afin qu’ils puissent bénéficier des avantages que les autres fonctionnaires.

(Le Faso)

Commenter cet article

Archives

À propos

L'Information vraie du Burkina Faso