Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 Jul

Les «dessous» de la transition: l’échec personnel de l'ex-premier ministre Zida

Publié par SAID  - Catégories :  #POLITIQUE

L’ex-Premier ministre Yacouba Isaac Zida.

La dernière session de «dialogue démocratique» du CGD, tenue le mardi 04 juillet, a été l’occasion pour les panelistes et une belle brochette d’invités de réfléchir sur «les leçons apprises de la Transition et les perspectives de consolidation de la démocratie et des droits humains». Durant les débats, on a été surpris par l’avis tranché du professeur Augustin Loada sur la conduite de la Transition et l’attitude de certaines OSC (cf. L’Obs. n°9397 du 05 juillet 2017). Il est allé au-delà des lieux communs d’une «Transition démocratique et exemplaire» pour stigmatiser les dessous peu reluisants d’une «transmission» du pouvoir au MPP.

De quoi relancer le débat sur le rôle de l’ex-Premier ministre Yacouba Isaac Zida qui, après avoir trahi son ancien mentor Blaise Compaoré, voulait mettre l’armée burkinabè sous sa tutelle pour en faire un instrument de sa reconquête du pouvoir après les élections du 29 novembre 2015. Mais c’est à croire que tel a été pris qui croyait prendre. Ainsi, si le 29 novembre prochain Roch Marc Christian Kaboré soufflera les deux bougies de son élection à la magistrature suprême, Yacouba Isaac Zida, lui, attendra de souffler celles de ses deux ans d’exil. Celui qui avait une posture subite de héros national au lendemain du 31 octobre 2014 alors que la veille seulement il était dans le camp de la répression a été trahi par sa gourmandise des honneurs et de l’argent. C’est tout seul que l’homme a dilapidé la confiance du peuple des insurgés, lui qui se préparait une assise politique et militaire pour éventuellement revenir aux affaires après la Transition.

En effet, au-delà des apparents succès de ce gouvernement qui ont valu au président Michel Kafando d’avoir été copté comme médiateur de l’ONU au Burundi, Yacouba Isaac Zida et certaines autres têtes pensantes de ce régime n’ont pas conduit les affaires publiques avec désintéressement et probité. L’exil de l’ex-premier ministre et les récentes déclarations d’Augustin Loada, qui n’était pas le premier venu dans le gouvernement de la Transition, ont levé un coin du voile sur les dessous scabreux d’une «Transition dévoyée.» Yacouba Isaac Zida voulait sortir par la grande porte en gardant toutefois une mainmise sur l’armée pour un retour éventuel. La preuve, la création d’un cabinet militaire qui était un centre de décision parallèle à côté du gouvernement officiel. On se gardera bien de citer des noms, néanmoins on mentionnera ceux des officiers qui ont siégé dans le gouvernement de la Transition. Il s’agit des anciens ministres Auguste Denise Barry de la Sécurité, Boubacar Ba de l’Energie et des Mines, David Kabré des Sports et des Loisirs et, bien entendu, Zida à la primature.

On s’est longtemps demandé qui détenait la réalité du pouvoir dans la Transition. Entre un président, parfois en déphasage, souvent court-circuité par l’aile militaire, et un Premier ministre populiste, qui disait tout, faisait tout sans pour autant donner l’impression de peser réellement sur les évènements, on se perdait en conjectures jusqu’à se focaliser sur le ministre de l’Administration du territoire et de la Sécurité d’alors, M. Auguste Denise Barry, et une nébuleuse d’associations dites de la société civile qui gravitaient autour de lui et qui ne jouaient que le conte de leurs propres intérêts.

Ni le président ni son Premier ministre ne donnaient l’impression d’être les véritables décideurs à chacun des grands moments de la Transition alors que Denise Barry, lui, donnait l’impression d’être le véritable Deus ex-machina de l’Affaire. En réalité, au-delà de Barry ou plutôt derrière lui, il y aurait eu ce fameux « Shadow cabinet » dont très peu de personnes connaissaient l’existence. Pas plus le président du Faso que celui du CNT ou encore certaines autres personnalités de premier plan qui, pourtant, juraient être au centre du pouvoir de la Transition. Ils auraient donc tous été tournés en bourrique par des militaires qui n’ont jamais accepté de partager la réalité du pouvoir ramassé dans la rue au soir du 30 octobre. Ils n’avaient pas fait qu’occuper tous les portefeuilles stratégiques dans le gouvernement, ils ont maintenu et même renforcé la structure par laquelle ils géraient le pouvoir avant d’être obligés de le partager avec les civils. Le «Cabinet militaire de la Transition », véritable centre de commandement et de mise en œuvre de décisions, se serait imposé à tous sans jamais apparaître au grand jour.

Nos grands théoriciens de la «Révolution des 30 et 31 octobre 2014», pour une bonne mémoire historique de la Transition, devraient accepter qu’elle a été un régime bâtard, pour reprendre les termes de Soumane Touré, plus militaire que démocratique.

Les langues pendues ont accusé tous les responsables des OSC qui ont été proches de la Transition d’avoir pris des ordres et des subsides au bureau de ce fameux cabinet militaire car l’ex-premier ministre les prédestinait à un grand rôle s’il revenait au pouvoir. Mais aujourd’hui, ceux qui lui prédisaient un retour aux affaires après la Transition doivent déchanter. Son exil au Canada ressemble fort à un air d’échec pour la carrière politique et militaire de cet ex-officier aux dents bien longues pour les honneurs et l’argent.

Zéphirin Kpoda
(L'Observateur Paalga)

Commenter cet article

Archives

À propos

L'Information vraie du Burkina Faso