Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 Jul

Burkina Faso : « Nous avançons à pas sûrs et fermes » (Roch Kaboré)

Publié par SAIDICUS LEBERGER  - Catégories :  #ACTUALITE

Le Burkina baigne dans une morosité économique. Roch Kaboré le reconnait. Mais il en a appelé à un engagement collectif car convaincu qu’on « se sortira de cette situation ».

La satisfaction des revendications des magistrats est le détonateur des grèves en série qui perlent le quotidien du Burkina, ont relevé les journalistes des quatre médias qui ont interviewé le locataire du palais de Kossyam. Roch Marc Christian Kaboré n’est pas d’accord. « Je reste convaincu que ce n’est pas un péché originel », tranche-t-il. Il se base sur le fait que l’administration est une continuité et que par exemple, la loi 081 votée sous la transition a été appliquée par son gouvernement, même s’il n’y avait « aucun kopeck » dans les caisses de l’Etat à son arrivée.

Du reste, le Chef de l’Etat invite les Burkinabè à croire aux potentialités du Burkina. « Malgré la modicité de ses moyens, le Burkina Faso montre toujours aux Africains qu’il a un peuple courageux et que sa richesse, c’est le travail. Si nous ne mettons pas cela au centre de nos préoccupations, nous serons toujours dans une situation où nous aurons un Burkina Faso qui, au lieu d’avancer, va vivoter parce qu’on aura eu tort de croire qu’il y a de l’argent à se partager », a-t-il indiqué.

« Les gens veulent qu’on mette le turbo avec des méthodes au diesel »

Gouvernement « diesel ». Roch Kaboré rit de ce sobriquet. Mais il a fait savoir que lui et son équipe savent ce qu’ils font. « En matière économique, édicte-t-il, il n’y a pas de turbo à mettre. Vous voyez très bien que nous avons toujours des difficultés. Cela s’explique par le fait que les gens veulent qu’on mette le turbo avec des méthodes au diesel. Cela ne peut pas fonctionner ainsi. Si on accélère, on dit que c’est trop vite, et si on ralentit, on dit que c’est du diesel ».

Mais le Président du Faso croit savoir les raisons de ces commentaires. « Je pense que l’intérêt pour certains, à travers tous ces commentaires, c’est de nous pousser à maintenir une certaine stagnation où finalement, ils auront beau jeu de dire « ils ont dit qu’ils feraient quelque chose, ils n’ont rien fait». Nous, nous avançons à pas sûrs et fermes. Il faut savoir ce qu’on veut dans la vie », a commenté Roch Kaboré.

Pour le reste, il a souligné que l’état économique du Burkina n’est pas particulier au pays, mais est général. « Il faut que les gens sortent un peu pour comprendre un peu plus », dit-il. Le contexte est donc difficile. « Mais j’ai bon espoir qu’on sortira de cette situation », est convaincu le Président du Faso.

(Burkina24)

 

Commenter cet article

Archives

À propos

L'Information vraie du Burkina Faso