Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 May

Une ministre bloquée à la morgue à Bouaké, tentative de blocage du corridor à Abidjan

Publié par SAIDICUS LEBERGER  - Catégories :  #ACTUALITE

Une ministre bloquée (brièvement) à la morgue à Bouaké, tentative de blocage du corridor à Abidjan, à l’occasion de la levée du corps de l’ex-combattant tué par des mutins. 

Plusieurs centaines d’ex-rebelles ivoiriens démobilisés, réclamant des primes similaires à celles des mutins qui ont ébranlé le pays la semaine dernière, ont bloqué lundi à la morgue de Bouaké  pendant une dizaine de minutes la ministre de la Solidarité, avant de manifester.

Ministre bloquée

Ces démobilisés (dont le nombre est estimé à environ 6.000 à travers le pays) sont d’anciens rebelles qui n’ont pas été intégrés à l’armée (contrairement aux mutins). Lors de la mutinerie, un démobilisé (Youssouf Diawara, voir photo) avait été tué par les soldats révoltés qui estimaient que les revendications des démobilisés mettaient en péril le paiement de leurs primes.

« ON NE VEUT PAS DES PROJETS, ON VEUT L’ARGENT »

Le démobilisé tué (lors de la mutinerie du Contingent 8400) devait être enterré ce lundi et ses camarades ont prévu des actions dans le pays. La ministre de la Solidarité Mariatou Koné, venue assister à la levée du corps à la morgue, a prononcé un discours promettant notamment qu’un fonds avait été mis en place pour des « projets » en faveur des démobilisés.

Ses propos ont provoqué la colère des démobilisés. « On ne veut pas des projets, on veut l’argent », a crié l’un d’entre eux. La ministre a alors gagné sa voiture, où elle a dû attendre une dizaine de minutes avant que les démobilisés acceptent de la laisser partir.

Les démobilisés sont ensuite partis dans la rue et ils défilaient en matinée sur un des principaux axes de Bouaké pour rallier le principal rond point de la ville.

A lire : « Bouaké, la marche anti-mutins violemment réprimée »

A Abidjan, une cinquantaine de démobilisés ont tenté de bloquer l’entrée nord de la capitale économique mais ont été refoulés par des policiers, selon des médias ivoiriens. Les démobilisés réclament « 18 millions de F CFA de primes » (27.000 euros) alors que les mutins ont obtenu 12 millions (18.000 euros) après leurs deux mouvements de janvier et mai.

un autre mouvement a secoué l’ancien corridor de Gesco dans la commune de Yopougon porte d’entrée dans la ville d’Abidjan.

En effet, dans la mouvance de protestation des démobilisés à Abidjan et à l’intérieur du pays, des éléments en civil se réclamant de ce mouvement avaient bloqué le corridor de Gesco, depuis ce matin entravant ainsi la circulation des biens et des personnes, ainsi que le trafic routier pendant des heures.

Cette situation incongrue a créé des mouvements de panique auprès de la population, des opérateurs économiques qui ont fermé leurs magasins et interrompu leurs activités.

Heureusement, qu'aux environs de 12 H 30 GMT, une colonne de la Garde Républicaine en patrouille est arrivée sur les lieux et a interpellé ces ex-démobilisés afin qu’ils lèvent leurs barrages, ce qu’ils auraient refusé. 

Les barrages érigés par ces derniers ont été levé de force par les éléments de la Garde Républicaine qui ont aussi tiré en l’air pour les dissuader de recommencer et éviter un affrontement. 

Mais ceux-ci déterminés à se faire entendre ont tenté à nouveau de dresser les barrières, ce qui a dégénéré la situation. 

Mais l’arrivée des éléments de la gendarmerie et des CCDO qui se sont interposés ont permis d’éviter un affrontement.
 

 

Commenter cet article

Archives

À propos

L'Information vraie du Burkina Faso