Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
07 Feb

Les projecteurs sont désormais braqués sur Kongoussi

Publié par SAIDICUS LEBERGER  - Catégories :  #ACTUALITE

Jacob Ouédraogo ,ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques.

Le Comité national d’organisation de la cérémonie de clôture de l’Année internationale des légumineuses a animé une conférence de presse, le lundi 6 février 2017 à Ouagadougou, relative aux préparatifs et aux grandes lignes de la célébration.

Le ministère de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques veut réussir la célébration de la clôture de l’Année internationale des légumineuses (AIL) prévue les 10 et 11 février prochains, respectivement à Kongoussi et à Ouagadougou sous le thème : « Valorisation des légumineuses dans le cadre des ODD et pour la résilience au changement climatique ».

Après la rencontre officielle préparatoire de l’AIL, le mardi 31 janvier 2017 à Kongoussi dans la province du Bam, le Comité national d’organisation (CNO) de l’événement était face à la presse hier, lundi 6 février 2017 à Ouagadougou. Il s’est agi, entre autres, de montrer l’importance des légumineuses, de faire le point des préparatifs et de décliner les grandes lignes de la célébration de l’AIL.

Ce face-à-face avec les médias a été animé par le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques, Jacob Ouédraogo, président de ce comité, accompagné du Vice-président, Aristide Ongone Obame, représentant-résident de l’Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO) au Burkina Faso. Selon le ministre Ouédraogo, la proclamation de 2016, Année internationale des légumineuses, s’explique par les valeurs essentielles de celles-ci, aussi bien pour les hommes, les animaux que pour le sol.

« Ces qualités font des légumineuses, des aliments d’une importance capitale pour améliorer l’état nutritionnel des personnes vulnérables notamment les femmes enceintes, les personnes âgées et les enfants », a-t-il précisé. Pour le ministre en charge de l’agriculture, au Burkina Faso, les principales légumineuses à graines sèches cultivées sont le niébé (haricot), le voandzou (pois de terre) et le soja. Pour la FAO, les principaux groupes de ces Fabacées concernées pour la cérémonie de clôture sont les légumineuses sèches notamment des haricots secs, des lupins, des pois bambara ou pois de terre, des fèves sèches, des lentilles, des pois secs et des pois chiches. Tout au long de l’année 2016, a-t-il laissé entendre, les ambassadrices désignées par la FAO ont sensibilisé et plaidé pour soutenir la production et la consommation des légumineuses dans le monde.

Vers une Journée internationale des légumineuses

Les organisateurs ont souhaité que les activités prévues lors de la célébration de la clôture de l’AIL soient couronnées par une déclaration instituant une Journée internationale des légumineuses.

Ces activités, aux dires du CNO, se déclinent ainsi qu’il suit : sur les berges du Lac Bam, le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, le directeur général de la FAO, José Graziano da Silva et d’autres parties prenantes de la filière légumineuse vont s’adresser au monde entier avant de visiter l’aire de la foire et une parcelle d’exploitation de niébé dans le sens de la promotion de cette filière. «A Kongoussi, nous entendons rendre hommage à cette localité, jadis fleuron de la production du haricot vert, féliciter et encourager l’Union provinciale féminine Namalgbzanga (UPFN) du Bam, lauréate du Prix de la meilleure plateforme d’innovation, décernée par la Conférence internationale sur l’agriculture en Afrique de l’Ouest (CORAF) et l’ensemble des producteurs», a souligné le chef du département en charge de l’agriculture. Il est prévu selon le CNO, à Ouagadougou, des thématiques autour des stratégies de développement de la filière des légumineuses et une foire aux savoirs et des démonstrations culinaires.

Est-ce que toutes les provinces du Centre-Nord vont être prises en compte? A cette question, le ministre en charge de l’agriculture, par ailleurs président du CNO, a indiqué que les cas du Sanmentenga et du Namentenga qui n’avaient pas d’exposants ont été résolus.

Les légumineuses estimées à plus de 18 000 espèces, appartiennent à la famille des Fabacées. La production nationale 2017 est de 700 000 tonnes pour le niébé et de 56 000 tonnes pour le voandzou. L’AIL a été marquée au Burkina Faso par l’élaboration et la mise en œuvre du Projet-pilote de développement des légumineuses, d’un coût global de 297 000 dollars US grâce à l’appui de la FAO. D’autres projets, a en croire M. Ouédraogo, vont être bientôt mis en œuvre à savoir le Projet de développement des légumineuses dans les régions du Centre-Nord et du Nord, d’un montant de 1 milliard 343 millions 150 milles F CFA et du Programme de développement de la filière niébé d’un coût global de 5 milliards 766 millions 500 mille FCFA.

Le ministre Ouédraogo, a rassuré que la sécurité va être au top pour garantir un événement de qualité patronné par le chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré et parrainé par son épouse, Sika Kaboré qui soutient les productrices des légumineuses au Burkina Faso.

Boukary BONKOUNGOU
(Sidwaya)

Commenter cet article

Archives

À propos

L'Information vraie du Burkina Faso