Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 Jan

Audition des généraux Diendéré et Zagré : Les avocats insistent, la Cour résiste

Publié par SAIDICUS LEBERGER  - Catégories :  #ACTUALITE


Diendéré.

A la reprise du procès ce jeudi 12 janvier 2017 les avocats de la défense, par la voix de Me Armand Poda, ont demandé une suspension de séance de 72 heures pour mieux se pencher sur la requalification des poursuites en complot militaire. Ils ont encore insisté sur la présence des généraux Pingrénoma Zagré et Gilbert Diendéré en sus du caporal Ido Claude.

« Pour la manifestation de la vérité », les avocats de la défense demandent aussi la comparution de Ido Claude, des généraux Gilbert Diendéré et Pingrenoma Zagré. Lors de l’interrogatoire du caporal Madi Ouédraogo, le présumé cerveau du plan d’évasion de la Maison d’arrêt et de correction des armées (MACA), ce dernier a affirmé que les généraux Gilbert Diendéré et Pingrenoma Zagré ont été informés de ce que Isaac Zida tramait contre Salifou Diallo, Djibrill Bassolé et Gilbert Diendéré.

En ce qui concerne la comparution des personnes citées plus haut, le commissaire du Gouvernement soutient celle des généraux, mais estime que la procédure pour faire revenir le caporal Claude Ido, actuellement en mission onusienne au Mali, est longue et peut prendre « un mois ».

A cette séance, les avocats ont également demandé un renvoi de 72 heures pour mieux se préparer sur la requalification des poursuites d’association de malfaiteurs et de détention illégale d’armes et de munitions en complot militaire. Le parquet a soutenu la demande de suspension, mais propose 48 heures.

Après une suspension de séance d’une quinzaine de minutes, le président du Tribunal, Seydou Ouédraogo a donné suite à la demande sur le renvoi tout en précisant que c’est « pour préparer leurs plaidoiries ». Elle reprendra le lundi 16 janvier 2017 à 8h.

Pour ce qui concerne les auditions des généraux Diendéré, Zagré et de Ido Claude, le président du tribunal est resté sur sa réponse d’avant : « je n’en vois pas la nécessité. La décision n’a toujours pas changé », a-t-il déclaré en substance.

Ignace Ismaël NABOLE
(Burkina24)

Commenter cet article

Archives

À propos

L'Information vraie du Burkina Faso