Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 Dec

Assemblée nationale : Les députés satisfaits du budget de l’investissement

Publié par SAIDICUS LEBERGER  - Catégories :  #ACTUALITE

L’Assemblée nationale a clos, le jeudi 22 décembre 2016, sa deuxième session ordinaire de l’année en présence du Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, et des membres du gouvernement.

L’Assemblée nationale est satisfaite du bilan de ses activités menées au cours de sa deuxième session ordinaire. L’annonce a été faite par le président de l’institution, Salifou Diallo, à la cérémonie de clôture de cette session intervenue hier dans la soirée. Dans un discours de plus d’un quart d’heure, le président du parlement est revenu sur les axes des activités menées par les députés au cours des trois derniers mois de l’année 2016. Avant d’en arriver au bilan, Salifou Diallo a dépeint le contexte national marqué par l’attaque terroriste de Nassoumbou qui a coûté la vie à 12 soldats burkinabè.

Il a indiqué que le pays et les Forces armées n’assisteront pas de manière passive à ces massacres. «Ils apporteront en temps opportun une riposte cinglante à la hauteur du forfait. En concertation avec les pays voisins et frères, nous exercerons notre droit de poursuite et frapperons l’ennemi où qu’il se trouve», a-t-il martelé. Pour ce faire, M. Diallo a invité le gouvernement à mettre en place des juridictions spécialisées antiterroristes et à intensifier la coopération sous-régionale et internationale afin de faciliter les échanges de renseignements et de mutualiser les moyens de lutte contre le terrorisme.

Les revendications sociales constituent le deuxième élément sur lequel le président s’est appesanti.

A ce sujet le porte-parole des députés a invité le gouvernement et les syndicats au dialogue et à la concertation aux fins d’établir des compromis dynamiques qui assureront une stabilité au Burkina Faso. Ainsi, concernant les questions de statuts particuliers, le président de l’hémicycle a invité le gouvernement à revisiter les lois portant gestion des personnels de l’Etat dans l’optique d’une refonte des différents statuts particuliers.

Revenant sur les activités menées de cette seconde session ordinaire dénommée session budgétaire, Salifou Diallo a exprimé sa satisfaction pour le travail abattu par les parties prenantes du budget de l’Etat gestion 2017. Selon lui, ce budget traduit le souci du gouvernement d’améliorer la mobilisation des ressources internes pour financer les dépenses d’investissements structurants et les secteurs sociaux. «Il consacre 52,01% soit 1 227 milliards de F CFA aux investissements. De mémoire de Burkinabè, c’est une première fois qu’un tel niveau d’investissement sera atteint dans notre pays» s’est-il réjoui.

Tout en félicitant le gouvernement pour les résultats obtenus à l’issue de la table ronde des bailleurs de fonds du Plan national de développement économique et social (PNDES) à Paris, M. Diallo l’a exhorté à assurer une défense conséquente du territoire, à hâter la concrétisation des annonces dans de meilleurs délais, à gérer avec célérité et transparence les ressources issues des conventions de financement et de nommer des chefs de projets et programmes compétents et assujettis à l’obligation des résultats. Outre le vote de la loi de finance, l’Assemblée nationale a voté au cours de cette session d’autres lois. Il s’agit, entre autres, de la loi portant réglementation générale de la commande publique, la loi portant statut général des forces armées nationales et celle portant conditions d’avancement des personnels d’active des Forces armées nationales (FAN).

C’est un bilan assez complet que le président de l’Assemblée a présenté, selon le président du groupe parlementaire UPC, Alitou Ido. «Il y a eu des dossiers importants tels que la loi de finances à laquelle le groupe UPC s’est abstenu de voter parce que nous avons relevé un certain nombre d’insuffisances», a-t-il justifié. Concernant les deux lois sur l’armée, le groupe UPC a estimé qu’il était important de restructurer l’institution de manière à la rendre plus efficace.

«Pour 2017 nous souhaitons qu’il y ait plus de concertation au sein de l’hémicycle. Il faut demander l’avis des autres avant de prendre les décisions», a-t-il plaidé.
A l’issue du bilan, le président de l’Assemblée nationale a annoncé qu’une session extraordinaire est prévue le 9 janvier 2017.

Abdoulaye BALBONE
(Sidwaya)

Commenter cet article

Archives

À propos

L'Information vraie du Burkina Faso